Atelier d’écriture

Objectif: à partir d’une liste de mots (ici, mis en gras), écrire ce qui nous vient en les utilisant au fil de notre rédaction.

Suzette avait un espoir: croiser un lion dans un cirque.

Elle en avait un deuxième: devenir ballerine ou fille de paradis.

Et un troisième, un trésor enfoui au cœur de sa poitrine.

Jamais, un abandon ne serait possible. Plutôt manger un saxophone en guise de macaron, avec son explosion de grains de café et de lueurs de chocolat en guise de goûter. Ou une tartiflette en juillet, tant qu’on y est!

Suzette avait développé une allergie folle de l’argent. Cela brillait trop et demandait trop de volonté. Si elle avait une baguette magique dans son sac, elle viserait la liberté à dos de fusée jusqu’à rencontrer le haut d’une montagne dorée.

Là, elle s’adonnerait à un plaisir ludique, une action qui ne marche pas avec tout le monde en société mais qui la remplit d’harmonie. Mettre le feu à un prunier duquel une cascade de sable et de boutons fleuris viendrait mourir sur ce sol, dans un rythme interminable.

Ce monde était le sien et ce rêve, exaucé.

Elle était prête à repartir dans sa région, auparavant fade et natale, de Bordeaux, faisant des lacets avec sa voiture, comme une flotte conquérante sur des vagues amères.

Le tout dans une robe haute-couture, improvisant une chanson d’amour triste. Elle continuait de rêver.

Ainsi va Suzette et peut se vivre la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *